Un petit point sur les livres auxquels je ne réserverai pas de chronique individuelle, par manque de temps, parce que je ne les ai pas fini, parce que je ne les ai pas compris... C'est parti !

caseduardeinstein

Le cas Eduard Einstein, de Laurent Seksik, édité chez Flammarion

Résumé : Le fils d'Einstein a fini parmi les fous, délaissé de tous, jardinier de l'hôpital psychiatrique de Zurich. Sa mère, qui l'a élevé seule après son divorce, le conduit à la clinique Burghölzli à l'âge de vingt ans. La voix du fils oublié résonne dans ce roman où s'entremêlent le drame d'une mère, les faiblesses d'un génie, le journal d'un dément.

Pourquoi je ne le chronique pas : Parce que le sujet m'intéresse mais que je n'ai pas du tout accroché au style, des phrases très courtes et hachées qui ne se prêtent pas forcément à ce type de récit. On sent que les recherches historiques sont très fouillées mais les noms, les adresses et événements sont parfois recrachés au détriment de la fluidité de la narration.

 

cequetucherchestutrouveras

Ce que tu cherches tu trouveras, de Charlotte Bousquet, édité chez Rageot

Résumé : Fatou habite dans un immeuble, près d’un quartier devenu un gigantesque terrain vague à l’abandon. On dit que l’endroit est hanté. Un jour, le ballon avec lequel elle joue en compagnie de ses copains Yan et Lin roule jusque-là.

Pourquoi je ne le chronique pas : parce que je l'ai lu pour découvrir la plume de Charlotte Bousquet, dont je n'ai encore rien lu et dont j'entends beaucoup de bien, mais que c'était une fausses bonne idée parce qu'un petit roman débutant (par ailleurs tout à fait honnête) de quelques dizaines de pages donne en réalité un aperçu trop bref pour se faire une idée.

 

hommeidealenmieux

L'homme idéal (en mieux), d'Angela Morelli, édité chez Harlequin

Résumé : Un joyeux bordel. Voilà à quoi ressemble la vie d’Emilie, 35 ans, mère célibataire, qui se retrouve à devoir squatter chez sa meilleure amie en attendant des jours plus favorables. Oui, mais voilà : si elle n’avait pas emménagé chez Clara, jamais elle ne serait retombée sur Samuel Winterfeld, un homme qu’elle a perdu de vue depuis longtemps, et qui allie deux qualités fondamentales : être le sosie de Bradley Cooper, et avoir très envie de la revoir ! Sauf que, évidemment, c’est à peu près au même moment que son ex, le père de sa fille, décide de retenter sa chance avec elle. De quoi la mettre définitivement sens dessus dessous !

Pourquoi je ne le chronique pas : Parce que je l'avais vu tourner sur les blogs, mais qu'en définitive je ne suis pas le public cible. La lecture était plaisante, mais je ne suis pas fan de l'ambiance "groupe de filles".