troismedecins

 

Martin Winckler

Folio

        Présentation de l'auteur : Un médecin, ça n'a pas toujours été médecin. 
En 1974 – vingt ans avant La maladie de Sachs –, Bruno Sachs entre à la faculté de médecine de Tourmens. Il se lie d'amitié avec André Solal, Basile Bloom et Christophe Gray, trois étudiants voués à la médecine générale. Au cours de ces sept années de faculté, ils vont apprendre leur métier, mais aussi côtoyer les militants de l'IVG et de la contraception, contester l'enseignement de mandarins hospitaliers, militer pour une médecine plus humaine... 
Pour devenir médecins – pour devenir des hommes –, Bruno et ses trois camarades devront vivre plusieurs histoires à la fois : l'histoire d'une formation ; l'histoire d'un grand amour ; l'histoire d'un engagement moral et politique ; l'histoire d'une profonde amitié. Des histoires comiques et tragiques. Des histoires où l'on vit pleinement et où, parfois, l'on meurt.

   Moi, je devais l’avoir, le concours. Il fallait que je l’aie : tout le monde est médecin dans ma famille, de père en fils. Mes frères aînés le sont déjà. Ma sœur a passé le concours l’an dernier. Si je ne l’avais pas passé, moi aussi, ça aurait été la honte ! Maintenant, je me demande si je suis fait pour ce boulot. Parce que les gens malades, moi... Bon, avec toutes les spécialités qui existent, je vais bien en trouver une qui me conviendra.

        Après ma lecture du Choeur des femmes et de La maladie de Sachs (deux gros coups de coeur !), je me suis plongée dans les années d'études de médecine de Bruno Sachs et ses camarades. Comme d'habitude, je n'ai pas été convaincue par les quelques faiblesses dans l'intrigue ; décidément je crois que je pourrais me passer de fil conducteur, car à chaque fois je suis un peu gênée par le fait qu'il y a vraiment BEAUCOUP de coïncidences, tous les personnages semblant graviter dans un petit univers restreint et du coup on se dit parfois que c'est un peu tiré par les cheveux. Néanmoins, ça reste un excellent roman ; on y découvre l'univers impitoyable des études de médecine, et je peux vous assurer qu'entre les bizutages et les pratiques pour décourager, voire éliminer les autres étudiants, vous ne regarderez plus jamais votre médecin comme avant ! Et je suis sûrement naïve, mais je n'avais pas idée des implications politiques de ce qui est étudié à la fac, des guerres de pouvoirs entre les généralistes et les spécialistes, et de la pression commerciale exercée par les laboratoires sur les étudiants puis sur les médecins. Une fois encore, l'écriture sonne juste, et sa variété m'a fait avaler le roman en deux jours.