fievre_rouge

Karen Marie Moning
J'ai Lu

Suite de Fièvre Noire.
Installée à Dublin pour démasquer le meurtrier de sa soeur Alina, MacKayla a donc vu se déchirer le rideau qui entourait sa réalité. Elle a découvert l'existence de faë partout dans le monde des humains, ainsi que sa nature de sidhe-seer. Accompagnée de Barrons, elle continue à traquer le Sinsar Dubh, un livre maléfique, tout en essayant d'échapper à ses démons, qui la hantent au sens propre comme au figuré...

          Le moins qu'on puisse dire, c'est que ce second volume est plus sombre, beaucoup plus sombre que le précédent. MacKayla découvre son côté primitif et tire un trait sur une bonne partie du monde rose bonbon dans lequel elle évoluait, ce qui n'est pas pour me déplaire. Mac prend de l'assurance, et même si la première moitié du roman reprend le temps de poser les bases (parfois au détriment de l'avancée de l'intrigue), la seconde partie va rattraper le retard en précipitant quelques péripéties palpitantes. J'ai été surprise par la façon dont Mac s'en sort, et l'auteure est assez maline pour nous épargner des détails trop gores, qui feraient basculer l'histoire dans le grotesque, tout en laissant deviner le pire.
Évidemment, le suspense autour du personnage de Barrons tient encore une place centrale ; peu d'informations dans cette suite, même si mes hypothèses ont évolué depuis le début. Mes théories sont désormais au nombre de 4, vous pouvez surligner ce qui suit si vous voulez les découvrir...
fievre_fae1. Barrons est le Roi Noir.
2. Barrons est une sorte de gardien neutre entre les Seelie et les Unseelie, de nature humaine m
ais avec des pouvoirs transmis par les deux côtés, pour faire une sorte de lien, de messager.
3. Barrons est Cruce, l'artisan faë  qui a fabriqué le bracelet de protection et d'autres reliques. C'est également lui qui a lancé une malédiction sur les miroirs de transfert.
4. Barrons et V'lane ne sont qu'une seule et même personne.

Il m'avait fallu dépasser les cadres de réflexion habituels, mais c'était une pratique dans laquelle je m'améliorais de jour en jour, bien que je n'aie aucune raison de m'en vanter. Il n'y a rien de glorieux à sortir de ses vieux schémas de pensée quand le monde s'effondre autour de vous.