Morwenna

 

Jo Walton

Denoël (Lunes d'encre)

        Résumé de l'éditeur : Morwenna Phelps, qui préfère qu'on l'appelle Mori, est placée par son père dans l'école privée d'Arlinghurst, où elle se remet du terrible accident qui l'a laissée handicapée et l'a privée à jamais de sa soeur jumelle, Morganna. Là, Mori pourrait dépérir, mais elle découvre le pouvoir des livres de science-fiction. Delany, Zelazny, Le Guin et Silverberg peuplent ses journées, la passionnent. Un jour, elle reçoit par la poste une photo qui la bouleverse, où sa silhouette a été brûlée. Que peut faire une adolescente de seize ans quand son pire ennemi, potentiellement mortel, est une sorcière, sa propre mère qui plus est ? Elle peut chercher dans les livres le courage de combattre.

         Prix Hugo, Prix Nebula et British Fantasy Award.
Soyons honnête, ce roman me tombait des mains durant les 100 premières pages, au point que j'ai failli l'abandonner. Le début du récit se compose de looooongues listes de tous les ouvrages de SF que Morwenna dévore, mais sans développer leur contenu ou uniquement de façon à créer une connivence avec quelqu'un qui les aurait déjà lus. J'ai commencé à accrocher à partir du passage où Morwenna se met à détailler la façon dont elle imagine que la magie fonctionne, avec une réflexion sur des mélanges temporels, les conséquences de la magie dans le passé et sur la vie des gens. La fin, comme l'ensemble du livre, me laisse perplexe. Je suis contente de ne pas l'avoir abandonné parce que j'ai aimé ce mélange subtil de la magie dans le quotidien, mais je n'arrive pas à me débarrasser d'un sentiment d'inachevé, d'autant plus que je me suis vraiment ennuyée une bonne partie du journal intime ; bref, je reste mitigée.

Ceci dit, Morwenna m'a donné envie de me replonger dans l'oeuvre d'Ursula K. Le Guin, j'ai déjà repris le 4ème tome de Terremer, quel régal !

D'autres avis plus tranchés (et souvent très positifs) sur Babelio et Livraddict !