songessuperbes

 

Théodore Sturgeon

Casterman

     Résumé de l'éditeur : Theodore Sturgeon est l'un des plus personnels des grands écrivains de science-fiction américains. Connu surtout dans notre pays par ses deux romans Cristal qui songe et Les plus qu'humains, Sturgeon est aussi l'auteur d'un très grand nombre de nouvelles où se manifeste avec éclat la singularité de son talent. Publiées aux Etats-Unis entre 1941 et 1958, elles nous parlent des grands thèmes qui ont toujours préoccupé Sturgeon et qu'il a exprimés sous le couvert de la science-fiction : l'aliénation, la solitude, la « différence » , la non-communication, le chemin qui mène à la compréhension de l'autre.

     Je n'ai lu aucun des romans de Theodore Sturgeon, par contre je m'étais prise de passion il y a quelques années pour trois de ses recueils de nouvelles parus dans la collection du Cabinet Noir chez Belles Lettres (L'homme qui a perdu la mer, Le professeur et l'ours en peluche et La sorcière du marais). Ici, vous trouverez onze nouvelles avec des défauts, qui pour certaines auraient méritée d'être un peu retravaillées, certes ; mais ces récits arrivent malgré tout à toucher quelque chose de très profond et de très juste. Comme souvent chez Sturgeon, la science-fiction est un prétexte à une réflexion sociologique, à s'interroger sur l'humain. Ce n'est donc pas forcément le recueil que je conseillerai pour un lecteur qui souhaite découvrir l'auteur car il reste quelques faiblesses, mais certaines histoires reposent sur des idées époustouflantes qui valent malgré tout le coup.