marais

Paul Stewart
Chris Riddell

Milan

Une adorable souris échassière avec de grands yeux bleus sautillait dans l'herbe. Une brise légère ondulait sa fourrure.
- Nous sommes sur la Colline sans danger, dit Norbert.
Randalf se réveilla en sursaut.
- La Colline sans danger ! Norbert, pourquoi est-ce qu'à chaque fois que je me réveille, tu es à l'arrêt ?
- C'est Jean-Michel qui m'a demandé de faire une halte, maître, s'excusa Norbert. Il voulait profiter du paysage.
A ce moment, la souris échassière poussa un cri, et une marguerite, ouvrant une bouche pleine de dents pointues, s'abattit sur elle et l'avala d'une seule bouchée.
- Je croyais que ça s'appelait la Colline sans danger ! s'écria Jean-Michel, horrifié.
- La colline est sans danger, confirma Véronica, c'est juste aux marguerites qu'il faut faire attention.

Le marais qui pue, ses montagnes moisies, sa mare odorante, ses souris échassières, ses grenouilles péteuses, ses magiciens, ses elfes, ses dragons... Un monde délirant, un monde de fous. Mais un monde en danger. Seul un super-guerrier peut le sauver. Un certain Jean-Michel Chanourdi, 10 ans, écolier... Jean-Michel Chanourdi n'aurait jamais dû aller promener son chien, jamais dû s'approcher de ce buisson. Car Randalf, le Sage, apprenti magicien, l'a piégé. Désormais, Jean-Michel sera Jean-Mi le Barbare, un super-guerrier. Sa mission : terrasser Engelbert le Gigantesque, l'ogre le plus terrible de tout le Marais qui pue. Ça va faire mal, très mal...

C'est le premier roman que je lis du duo Paul Stewart (pour le texte) et Chris Riddell (pour les illustrations), après ma découverte et mon coup de cœur pour la série Apolline écrite et dessinée par Riddell. Pour ceux qui connaissent la saga parodique de fantasy Les annales du disque-monde de Terry Pratchett, vous retrouverez ici le détournement des codes, le jeu avec le lecteur, tout ça adapté pour les plus jeunes. L'histoire n'est pas compliqué, l'humour est parfois facile (oui, un cochon qui pète, ça fait toujours rire les enfants), mais souvent plus subtil. Les illustrations n'ont pas le charme de la série Apolline, mais l'univers ne s'y prête pas et Riddell réussit quand même à créer des créatures étonnantes. De l'aventure, de l'humour, des trouvailles à tous les chapitres : c'est une série dont je lirai les suites avec grand plaisir !