autodafeurs

 

Marine Carteron

Rouergue

        Résumé de l'éditeur : À la mort de leur père, Auguste, un lycéen d’aujourd’hui, et sa petite sœur Césarine, autiste géniale, sont plongés tête la première dans une guerre secrète. Elle oppose depuis des siècles, La Confrérie et Les Autodafeurs. Nos deux héros vont devenir malgré eux les acteurs de ce conflit millénaire. Son enjeu ? Le contrôle du savoir et la main mise sur sa forme la plus ancienne : les livres…

        Je ne sais pas exactement pourquoi, mais quelque chose dans la couverture ou le titre m'avaient fait imaginer qu'il s'agissait d'un roman fantastique. Ce n'est pas du tout le cas, ici on est dans l'action, la réflexion et même le terre-à-terre avec le personnage de Césarine, la petite soeur artiste / autiste d'Auguste. On a en effet une double narration, avec Auguste, ado intelligent, piquant et plein d'humour, et surtout Césarine, dont la logique très cartésienne amène une vraie originalité ; elle a du mal à déchiffrer les émotions et du coup résume les points importants avec une neutralité et une impartialité raides comme la Justice, et prend toutes les expressions imagées au pied de la lettre (d'ailleurs, au pied de la lettre, ça n'a aucun sens, n'est-ce pas Césarine ?). Bref, un excellent premier tome (et premier roman tout court, ça mérite de le souligner !) ; et si je ne suis pas entièrement fan de la fin, un peu excessive en terme d'explosions et de fusillades à mon goût, ça ne devrait pas être un souci pour le public adolescent.