playerone

 

Ernest Cline

Michel Lafon

        Résumé de l'éditeur : 2044. La Terre n’est pas belle à voir. Comme la majeure partie de l’humanité, Wade Watts passe son temps dans l’Oasis, un monde virtuel où chacun peut faire et être tout ce qui lui chante. James Halliday, le créateur de l’Oasis, est mort quelques années auparavant sans laisser de successeur. Pour décider du sort de sa fortune, il a créé une véritable chasse au trésor. Battre des records à Pac-Man, réciter par cœur des paroles de Devo, et trouver les failles des jeux vidéo cultes : voilà l’unique moyen d’accéder à son héritage colossal. Des centaines de personnes ont essayé, en vain. Joueurs invétérés ou grands groupes corrompus, tous s’y sont cassé les dents. Wade se dit qu’il serait peut-être capable de relever le défi...

        C'est Sita qui m'a parlé la première de ce titre, qu'elle avait lu en VO et qui avait retenu son attention. Du coup, quand j'ai repéré sa parution chez Michel Lafon, je n'ai pas hésité, et j'ai bien fait d'accorder toute confiance à l'avis de Sita, parce que j'ai beaucoup, beaucoup aimé (peut-être même plus qu'elle, finalement) !! L'écriture est assez simple, prenante, et la construction du roman est relativement classique et linéaire, mais finalement, l'intérêt du roman n'est pas là. Car comme dans les jeux vidéos, vous savez très bien qu'à la fin, le héros va réussir sa mission ; mais ce qui est important, passionnant et inattendu, c'est la façon dont il va s'y prendre. Ce livre m'a d'ailleurs fait prendre conscience du parallèle entre le genre du roman initiatique et le jeu vidéo, qui reposent finalement sur des concepts très proches ; faire évoluer un personnage, la plupart du temps banal et sans compétences particulières, lui faire vivre des aventures, le faire monter de niveaux, jusqu'à ce qu'il arrive transformé à accomplir sa quête, son destin, son but. Même si je n'avais pas les références omniprésentes sur les années 80, ça ne m'a pas dérangée car l'auteur a su transmettre sa passion. Le monde réel décrit en parallèle aux aventures de Parzival / Wade dans l'OASIS est tout à fait crédible et amorce une ébauche de réflexion sur une société en déclin, même s'il est un peu secondaire car l'histoire reste axée sur la quête du fameux Oeuf de Pâques. Après avoir longuement hésité, j'ai tiré au sort tranché en classant ce titre dans les romans adultes, même s'il est en réalité complètement accessible aux adolescents ; et s'il n'est pas utile d'être un geek complet pour accrocher, je pense qu'il faut malgré tout avoir un minimum de sympathie pour l'esprit nerd. Mais si comme moi, vous avez déjà joué, aimé et terminé un ou plusieurs jeux vidéo dans votre vie, déjà zappé sur Nolife, déjà tenté l'expérience du MMORPG (ça m'a donné envie de rejouer à World of Warcraft !), sûr que vous y trouverez votre bonheur !