inventaireapresrupture

 

Daniel Handler

Nathan

        Résumé de l'éditeur : Devant la porte d'Ed, il y a un carton. Dans ce carton, il y a une lettre. Et plein d'objets. La lettre, c'est Min qui l'a écrite pour Ed. Elle y commente un par un ces objets, qui évoquent tous les petits et grands moments de leur rencontre, de leur histoire, de leur amour. Ainsi Min explique à Ed comment elle l'a aimé... et pourquoi elle l'a quitté.

        Il y a certaines choses qui vous consolent de voir arriver la rentrée et la fin de l'été. Par exemple, les noix fraîches, le soleil plus bas qui donne directement sur le lit, et aussi les nouvelles parutions du mois de septembre. A lui seul, ce roman a réussi à me faire oublier que les vacances sont déjà loin. Le récit est extrêmement bien construit ; par le truchement des souvenirs conservés dans sa boîte, en examinant les objets un par un, Min va pouvoir se remémorer et raconter le déroulement de son histoire d'amour avec Ed, des prémices à la rupture, avec en conclusion de chaque chapitre, comme un leitmotiv, la phrase laconique, désabusée, terriblement lucide : Voilà pourquoi nous deux, c'est fini. L'écriture est belle, et ce refrain qui clôt chaque saynète transforme presque le roman en une chanson mélancolique. Les objets sont souvent symboliques, et sont chacun rattaché à un souvenir, qui permettent au lecteur de découvrir la personnalité de la narratrice et ses sentiments. C'est une histoire dans laquelle beaucoup se reconnaitront, vibrante, de colère, de déception, un peu amère parfois, mais qui trouve les mots justes pour décrire la beauté du sentiment amoureux, sa fragilité aussi. Et maintenant, faisons un petit jeu, si vous avez encore un doute ; cliquez sur les premières pages du livres, lisez donc les deux ou trois premiers chapitres, et essayez de résister...