ingenue


Jillian Larkin

Bayard

        Résumé de l'éditeur : Gloria, dix-sept ans, rêve de vivre la nuit, de danser, de faire la fête. Un soir, elle sort en cachette en compagnie de son ami Marcus, et se rend dans un bar clandestin, tenu par le bras droit d'Al Capone. Elle y rencontre Jérôme, le pianiste de l'orchestre et en tombe amoureuse. Mais leur histoire st impossible : Gloria est blanche, Jérôme est noir et, dans cette Amérique des années 20, les relations mixtes sont interdites... De plus, Gloria est fiancée et va bientôt épouser le fils d'une puissante famille de Chicago. Sa cousine Clara arrive de New York pour aider aux préparatifs du mariage. Et Marcus tombe sous son charme. Mais Lorraine, la meilleure amie de Gloria, ne le supporte pas, et semble prête à tout pour conduire Clara à sa perte.

        A la base, je ne cours pas après les romans historiques. Malgré tout, en entamant la série Cabaret, je m'attendais à être plongée dans l'ambiance des années 20 ; et je suis franchement déçue à ce niveau là. J'ai trouvé le contexte et les descriptions assez clichés, à grand renfort de garçonnes, gangsters, et prohibition, qui sont certes représentatifs de l'époque, mais que l'auteure se contente de nommer abondamment, sans développer plus, sans prendre le temps de poser une atmosphère, d'évoquer la vie quotidienne, les changements de la société, l'émancipation des femmes, et d'autres détails qui auraient pu rendre le roman passionnant. En plus, j'émets des doutes sur certains détails qui semblent servir l'histoire plutôt que de s'inscrire dans la crédibilité des faits de la période (notamment la facilité des jeunes filles à sortir seules la nuit ou à sécher les cours) ; mais je ne suis pas spécialiste de l'époque, alors je vais fermer ma grande gueule. N'empêche que sur certains aspects, et en enlevant justement les renvois aux garçonnes, gangsters et autres bars clandestins, ça ressemble fort à n'importe quel roman avec des pétasses pestes dans un lycée américain de notre époque.
        Bref. Ce qui sauve le roman, c'est l'alternance des trois héroïnes à chaque chapitre, qui permet d'aérer l'histoire, de donner une nouvelle impulsion à chaque changement de personnage, et de tenir en haleine le lecteur (même si sur les trois, seule Clara a un peu de relief, les autres étant à mes yeux au mieux pas très complexes, au pire des grosses cruches). L'intrigue se déroule avec fluidité, le roman se lit sans effort, et une cinquantaine de robes sublimes, délicieuses, fabuleuses ou ravissantes plus tard, on arrive à la conclusion du premier tome sans grosse surprise, mais sans avoir vu les pages défiler. Pas désagréable donc, mais à mon avis loin d'être un indispensable, surtout qu'il existe d'autres titres qui se déroulent sur fond d'années folles. Une série de moins à suivre !