vieailleurs

Gabrielle Zevin
Albin Michel

A 15 ans, Liz meurt brutalement, renversée par un taxi. Elle se retrouve passagère d'un paquebot qui l'emmène sur Ailleurs, le continent des morts. A son arrivée, elle rencontre sa grand-mère, qui lui explique que les défunts rajeunissent jusqu'à redevenir bébé, et se réincarner dans le cycle de la vie. Mais Liz, qui était impatiente de vieillir, ne veut pas de cette vie à l'envers. Elle veut décrocher son permis, tomber amoureuse, faire des études, avoir un métier... et puis aussi revoir sa famille et ses amis qui lui manquent terriblement. Elle va devoir faire des choix...

Cette histoire est surprenante au premier abord : ici, la mort ne conduit pas dans un paradis merveilleux dans les nuages, mais sur un continent nommé Ailleurs, somme toute très similaire à notre terre. Certes, on y rajeunit, les chiens y parlent et on peut y observer les vivants grâce à des jumelles panoramiques, mais les défunts continuent à vivre dans des maisons, à conduire, à travailler, à acheter des vêtements, à se marier... Si on accepte cette idée peu banale, on ne peut que se laisser porter par la narration : au niveau du style, c'est un vrai bonheur de fluidité, de ton décalé et chargé d'émotions. Cette histoire qui met en scène la mort d'une adolescente est en fait un prétexte à une réflexion sur la vie et le sens qu'on veut bien lui accorder. C'est profond, optimiste sans être naïf (la souffrance de Lizzie et de ses proches n'est pas épargnée au lecteur), plein d'émotion. J'ai adoré !


"Il y aura d'autres vies.
Il y aura d'autres vies pour les garçons nerveux aux mains moites, pour les tatonnements fébriles sur les banquettes arrière, pour les toques et les toges bleu roi et écarlate, pour que les mères attachent de jolis colliers de perles aux cous sans rides de leurs filles, pour que votre nom complet soit lu à voix haute dans un amphithéâtre, pour que des valises flambant neuves vous transportent vers des gens inconnus dans des contrées inconnues.
Et il y aura d'autres vies pour les traites impayées, pour les aventures d'un soir, pour Prague et pour Paris, pour les souliers trop petits à bouts pointus, pour les incertitudes et les revirements.
Et il y aura d'autres vies pour que les pères conduisent leurs filles à l'autel.
Et il y aura d'autres vies pour d'adorables bébés à la peau comme du lait.
Et il y aura d'autres vies pour un homme que vous ne reconnaîtrez pas, pour un visage dans la glace qui ne sera plus le vôtre, pour enterrer vos proches, pour vous tasser, pour voir vos dents tomber, votre menton se hérisser de poils, pour tout oublier. Tout."