kraftvador

 

Tom Angleberger

Seuil

Suite d'Origami Yoda

        Résumé de l'éditeur : Stupeur au collège McQuarrie : Dennis s'est fait renvoyer ! Les prédictions de son Yoda en papier perturberaient la vie du collège. Maintenant, c'est un autre personnage qui fait la loi : Kraft Vador, la marionnette en papier de Harvey. Et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il est beaucoup moins sympa qu'Origami Yoda ! Pour Tommy, ça ne fait aucun doute : à force de se faire humilier par Yoda, Harvey est passé du côté obscur de la Force, et son Kraft Vador est responsable du renvoi de Dennis. Avec l'aide de ses amis - et de Yoda - Tommy enquête et monte un nouveau dossier, cette fois pour prouver l'innocence de Dennis.

        Dans cette suite (il est très fortement conseillé d'avoir lu le premier tome, ne vous en privez pas, il est très drôle !), nous voilà donc face à un nouveau prétexte bien trouvé qui permet de raconter les événements qui se sont déroulés autour de Dennis et de son Origami Yoda durant cette nouvelle année. Le dossier rassemblé par Tommy pour défendre Dennis face au conseil de discipline est composé de plusieurs voix, où chaque élève qui vient raconter comment Yoda l'a aidé par ses conseils énigmatiques, souvent surprenants mais toujours très efficaces ! Je n'ai jamais réussi à deviner le sens des conseils d'Origami Yoda du premier coup, mais à chaque fois que sa sagesse se révèle, je suis bluffée par la trouvaille, la ruse et l'humour des situations. Par exemple, dans le récit de Quavondo, les élèves doivent vendre des boites de cookies très chères pour la collecte de l'école. Interrogé sur la meilleure façon de vendre les boites, Origami Yoda est formel : "Rien tu dois vendre". Quavondo se renseigne et découvre que seule la moitié des bénéfices est reversée à l'école. Je vous laisse deviner ce qu'il va faire... Dans ce deuxième tome, Harvey, déjà peu convaincu par les pouvoirs d'Origami Yoda dans le volume précédent, devient un féroce adversaire de Dennis ; mais tel Dark Vador (pardon, Kraft Vador), peut-être n'a-t-il pas encore totalement basculé du côté obscur de la force ? Et le meilleur, c'est qu'à chaque fois qu'on croit que ça va mal finir, ou que la situation est triste, on va de surprise en surprise, car tout dépend finalement du point de vue qu'on adopte... Une petite pépite de drôlerie, de sagesse et d'ingéniosité, abordable par les faibles lecteurs à partir de 9 ans et bien plus !