Un petit point sur les livres auxquels je ne réserverai pas de chronique individuelle, par manque de temps, parce que je ne les ai pas fini, parce que je ne les ai pas compris... C'est parti !

pour-un-tweet-avec-toi

Pour un tweet avec toi, de Teresa Medeiros, Editions Milady

Résumé : Auteure d’un presque Pulitzer, Abigail Donovan se débat contre l’angoisse de la page blanche. Aussi, lorsque son agent lui ouvre un compte Tweeter, elle se laisse happer par les tweets, retweets, hashtags, etc. Guidée par l’un de ses followers, «MarkBaynard» – un professeur d’université en congé sabbatique et twitteur hilarant -, Abigail retrouve l’inspiration et le goût de vivre. Mais pourquoi rester devant son écran alors que Mark parcourt le monde ?

Pourquoi je ne le chronique pas : Parce que je m'attendais à quelque chose de plus profond ou drôle. Il y a de bonnes réparties mais jamais vraiment rentre-dedans comme l'étaient les échanges de Quand souffle le vent du Nord (en particulier les mails d'Emmi !). Et puis la surprise finale est un peu factice, artificielle et larmoyante.

punitiondadamblack

Les Highlanders, tome 6 : La punition d'Adam Black, de Karen Marie Moning, Edition J'ai Lu

Résumé : Adam Black, le plus redoutable mais aussi le plus séduisant des Faës, a cette fois dépassé les bornes, obligeant la reine Aoibheal à le punir sévèrement : privé de ses pouvoirs et de son immortalité, il est ravalé au rang des humains tout en étant invisible à leurs yeux. Il n'apparaît qu'aux seuls sidheseers, au don de clairvoyance, telle cette jeune avocate irlandaise, Gabby O'Callaghan, qui a immédiatement remarqué dans un square de Cincinnati ce superbe géant aux longs cheveux noirs, avant de prendre la fuite, terrifiée. Mais Adam est bien décidé à la retrouver...

Pourquoi je ne le chronique pas : Parce que... Heu... Je l'ai lu mais... Je n'en ai juste aucun, mais alors aucun souvenir !

succubusblues

Succubus blues, tome 1, de Richelle Mead, Editions Milady

Résumé : Georgina Kincaid est succube. A priori un choix de carrière plutôt sympa : la jeunesse éternelle, l'apparence de son choix et des hommes prêts à tout pour un simple effleurement. Pourtant, sa vie n'est pas si glamour : pas moyen de décrocher un rencard sans mettre en péril l'âme de l'heureux élu. Heureusement son travail en librairie la passionne. Mais pour l'heure, Georgina est propulsée au coeur de la tourmente, et ses sortilèges sexy et sa langue bien pendue ne lui seront d'aucun secours.

Pourquoi je ne le chronique pas : Parce que la série est déjà très connue et qu'elle a déjà fait le tour des blogs ; mais je plussoie, on y découvre une mythologie originale même si Georgina la succube est très humanisée et gaffeuse comme pas deux. En tout cas, les dialogues sont hilarants !