felicity

Jennifer Lynn Barnes

Albin Michel

Dans la famille de Felicity, toutes les femmes possèdent la Vision. C'est un don qui se manifeste différemment chez chacune : sa mère sait toujours où se trouvent les objets ou les personnes, et Felicity voit les auras des gens, sous forme de couleurs, qui révèlent la personnalité et l'état d'esprit de chacun. L'histoire commence par le déménagement de toute la famille : Felicity regrette de quitter sa ville et surtout son meilleur ami Paul, qui était d'ailleurs plus qu'un simple ami... Mais très vite, elle va avoir d'autres soucis en tête : cesser d'être le souffre-douleur des pestes de son nouveau lycée, apprendre à contrôler la nouvelle forme de son pouvoir, et surtout éviter le Garn, sorte d'aura maléfique...

J'ai plongé dans l'histoire dès les premières pages ; j'ai vraiment bien accroché avec le ton de la narratrice, et j'ai eu du mal à le lâcher avant la fin ! Le style est extrêmement fluide, et même si l'idée des auras (ou des pouvoirs) n'est pas très originale, elle est très bien traitée. J'ai particulièrement aimé la description des interactions entre les auras, qui révèlent les vrais liens et les ressentis des personnes (en dépit de ce qu'elles peuvent prétendre). J'ai également été surprise par le comique de situation très réussi : à cause de son pouvoir, Felicity devient la risée du lycée, et les scènes sont drôles sans que l'auteur en fasse trop. Bref, encore un excellent titre dans la collection Wiz. Je regrette juste qu'on n'en sache pas plus sur la suite des évènements ; un autre roman avec un des personnages est déjà paru à l'étranger, à quand la traduction ?