lottie2

          Présentation de l'éditeur : Lottie Biggs va beaucoup mieux – merci bien ! –, en partie grâce à Blake, son conseiller qui ressemble à Johnny Depp… La vie est belle : ses cheveux sont désormais de la teinte corbeau parfaite, elle a un job passionnant dans un salon de coiffure le samedi, et Gareth Stingecombe est toujours l’élu de son cœur. C’est alors qu’elle commence à être à nouveau la proie d’une idée obsédante : va-t-elle enfin connaître une expérience amoureuse totale ??

Un petit rappel du tome 1 ?

          Voilà une série qui tient ses promesses !
Dans cette suite, la question de la maniaco-dépression passe un peu au second plan pour nous laisser retrouver le ton et le caractère de l'ado légèrement hystérique que nous avions découvert dans le premier tome.
          Lottie est plus attachante que jamais, entre ses séances avec son psy-sosie-de-Johnny-Depp (tiens, si j'allais consulter moi aussi ?) et surtout ses interrogation quant à la sexualité. Lottie est perturbée par les allusions des autres à leur vie sexuelle ; elle est surtout troublée par ses propres envies naissantes, ses peurs, ainsi que la vision d'un caleçon Britney Spears. Parallèlement à ça, elle continue à apprivoiser sa maladie, à essayer d'identifier les symptômes pour mieux prévenir les crises.
          Le point le plus important : c'est toujours aussi drôle ! Lottie est un personnage lunaire parce que lunatique et souvent dans la lune, et sa vision décalée mais franche pourrait être un mélange entre Ruby du Journal d'une allumeuse et Greg du Journal d'un dégonflé. D'ailleurs, les petits dessins de ce tome 2 font toujours mouche ; bref, on en redemande !

          Ça tombe bien, il se pourrait qu'un troisième tome pointe le bout de son nez... En anglais, ça donne Lottie Biggs is not tragic, et on espère évidemment une traduction française !