entremonde

Neil Gaiman
Michael Reaves
Au Diable Vauvert

          Lors d'une course d’orientation, Joey, lycéen ordinaire, perd ses coéquipiers dans un épais brouillard avant d’avoir atteint le point de ralliement. Lorsque la nappe brumeuse se dissipe, Joey se rend compte qu’il a basculé dans une autre dimension, où l’enseigne McDo est vert et jaune, et où la personne qui ressemble à sa mère ne l’est pas. Il comprend alors qu’il fait partie des quelques élus détenant le pouvoir de voyager à travers des univers parallèles, ce qui n’est pas sans poser certains problèmes.
  Dans cet Entremonde composé de plus de trois millions de planètes, il se retrouve au beau milieu d’une guerre entre deux puissances de forces comparables : d’un côté un empire basé sur les sciences, de l’autre un royaume où la magie règne en maître.

          Porté par une écriture fluide, on retrouve l'humour un peu décalé de De bons présages écrit avec Terry Pratchett. C'est un roman chaleureux, pas entièrement original mais pas tout à fait attendu non plus ; un bon équilibre en imaginaire, science-fiction, roman initiatique et humour. Quelques passages sont particulièrement troublants au début, lorsque Joey commence à marcher entre les univers parallèles, et que, pensant rentrer chez lui, il découvre un foyer qui n'est pas tout à fait le sien. Ça ne sera pas forcément un titre marquant mais ça reste un très bon moment de lecture.