birdbox

 

Josh Malerman

Orbit

        Résumé de l'éditeur : La plupart des gens n’ont pas voulu y croire. Les incidents se passaient loin, sans témoins. Mais bientôt, la menace s’est rapprochée, a touché les voisins. Ensuite, Internet a cessé de fonctionner. La télévision et la radio se sont tues. Les téléphones ne sonnaient plus. Certains, barricadés derrière leurs portes et leurs fenêtres, espéraient pouvoir y échapper. Depuis qu’ils sont nés, les enfants de Malorie n’ont jamais vu le ciel. Elle les a élevés seule, à l’abri du danger qui s’est abattu sur le monde.

        J'ai sauté sur ce roman lorsque j'ai vu que la présentation le comparait à La route, de Cormack MacCarthy, qui m'avait subjugée. Alors certes, c'est du post-apocalyptique, mais ça ne ressemble finalement pas du tout à La Route dont l'écriture faisait toute la force et la particularité. Ici, on est dans le vrai thriller haletant, pas dans la recherche stylistique, et l'ambiance m'a fait penser à Room sur toutes les questions qu'on se pose (mais comment vont-ils s'en sortir ?), le fantastique en plus. Un bon page-turner qui tient ses promesses, pas forcément marquant mais efficace.