Parce que parfois, on a envie de léger, rien que léger... A noter pour cet été !

 

princescharmants

Les princes charmants n'existent pas, de Maïa Brami, édité chez Nathan

     Résumé de l'éditeur : À quinze ans, Nora est une incorrigible rêveuse, qui préfère le glamour hollywoodien d'une Ava Gardner aux amours bien prosaïques de sa copine Julie avec le beau gosse du lycée. Lorsqu'un jour une lettre de rupture adressée à son voisin, un certain Rodrigue, tombe sur son balcon, elle renvoie la missive au bon destinataire. Il lui répond. De lettres en lettres, les deux jeunes gens deviennent intimes. Sans vraiment oser passer à l'action, Nora ne peut s'empêcher de rêver à une histoire d'amour avec Rodrigue. Mais la réalité peut-elle être aussi belle que le fruit de son imagination ?

        C'est un roman semi-épistolaire, qui alterne les passages narratifs classiques avec les échanges de lettres de Nora et son voisin. On s'attache aux personnages au fil des lettres, surtout à la fantaisie de la narratrice ; ceci dit, si vous lisez régulièrement des romans pour adolescents, vous ne trouverez globalement rien de nouveau dans cette histoire, qui ne sera pas forcément une lecture marquante pour moi. La question intéressante (rester dans le fantasme et passer à côté de l'amour, ou vivre dans le réel et risquer d'être déçu), est répétée un peu trop souvent, ce qui finit par agacer un chouilla et donner envie de secouer l'héroïne. Typiquement une lecture à réserver pour des vacances ou un moment de détente.

 

melanieetles7freres

Mélanie et les sept frères Mcgowan, de Kate Brian, édité chez Pocket

        Résumé de l'éditeur : Quand ses parents sont mutés en Corée, Mélanie refuse de les suivre. Sa seule option : s'installer chez leurs amis McGowan. Mais elle hésite : les McGowan ont sept fils ! Et à seize ans, elle n'est pas vraiment à l'aise avec "l'espèce" masculine. Et si Mélanie en profitait pour observer ces êtres étranges et mystérieux : les garçons ? Observation n° 1 : je plane au milieu d'apollons aux sourires ravageurs. Observation n° 2 : il faut un verrou à la porte de ma chambre. Observation n° 3 : les mecs ont déclaré la guerre.

        Là non plus, rien de vraiment créatif dans l'histoire et le contexte ; par contre, on savoure une héroïne un peu dégourdie, indépendante et rigolote, et c'est déjà pas si mal ! Le roman est aéré avec la mission d'observation du mode de vie des garçons qui apporte de petites touches d'humour, et fera une excellente lecture pour vos week-ends prolongés de printemps ou d'été !