maledictiondelelfenoir

Les Highlanders t.1 : La malédiction de l'Elfe Noir, de Karen M. Moning, édité chez J'ai Lu

Résumé : A la cour de Faërie, la reine Aoibheal, fâchée contre son époux, s'extasie avec malice sur le charme d'un mortel du nom de Hawk, qui a le don de séduire toutes les femmes. Ivre de jalousie, le roi Finnbheara convoque son bouffon, Adam Black, et lui ordonne de trouver une femme d'une beauté parfaite, mais indépendante, qui refusera de se laisser séduire par Hawk. Et c'est ainsi qu'Adrienne de Simone est précipitée du XXe siècle en 1513…
Pourquoi je ne le chronique pas : Parce que c'est exactement comme un MicDo : tu sais que c'est mauvais et dégoulinant, mais une fois de temps en temps, tu craques et tu te régales. Mais je tiens quand même à saluer l'exploit de l'auteure, qui réussit la jolie performance de placer le mot "pantelant(e)" 67 fois en 400 pages. L'avis détaillé de Cécile pour les curieux.

planètemaths

La Planète Maths, de Gisèle Bienne, édité chez l'Ecole des Loisirs (Neuf)
Résumé : 
Pour pouvoir entrer en primaire, Mathilde a dû apprendre à se servir de sa main droite alors que la gauche était parfaite. Maintenant, c’est au tour de son petit frère Thomas d’aller au CP et c’est un choc pour lui. Il ne comprend pas pourquoi il ne peut plus jouer toute la journée. Heureusement, à l’école, il y a aussi Samuel, que Mathilde épousera un jour, et le maître, qu’elle aimerait tant impressionner. Et puis il y a les mots, qu’elle adore. En revanche, avec le calcul, ça cloche. Pourquoi est-ce si difficile de régner sur la planète maths ?
Pourquoi je ne le chronique pas : 
Parce que ça commence à parler de maths au bout de 90 pages (sur 150), que certains détails sont très datés sans qu'on sache explicitement à quelle époque l'histoire se situe, que la narratrice de 6 ans au début du roman parle et réfléchit beaucoup trop bien pour son jeune âge (et sans évolution au fil des pages alors qu'elle a 11 ans à la fin), et surtout que la cruauté (même non intentionnelle) de l'entourage de Mathilde m'a mise très mal à l'aise. Évidemment, ça permet de dénoncer les brimades subies par les enfants gauchers, mais la souffrance de la fillette était trop présente pour mon petit coeur sensible (parfaitement, j'ai un petit coeur sensible).

baladedepellridley

La balade de Pell Ridleyde Meg Rosoff, édité chez Albin Michel (Wiz)
Résumé : XIXe siècle, Angleterre. Le matin de son mariage, Pell Ridley s’enfuit de chez elle à cheval. Promise depuis l’enfance au fils du forgeron, elle décide d’échapper à un destin tout tracé. Commence pour Pell un long périple, une course sauvage qui la conduit vers son indépendance et la découverte de l’amour
Pourquoi je ne le chronique pas : Parce que je l'ai lu il y a trop longtemps pour bien en parler, mais que l'écriture inhabituelle et la construction hachée, tout en ellipse, flashbacks, tumulteuse et pleine de remous sont à l'image des mésaventures de Pell et forment ensemble un roman cohérent, prenant et différent pour les grands ados.