Un petit point sur les livres auxquels je ne réserverai pas de chronique individuelle, par manque de temps, parce que je ne les ai pas fini, parce que je ne les ai pas compris... C'est parti !
 
flashFlash, de Mette Finderup, édité chez Bayard

Résumé : Kasper rencontre par hasard une ancienne camarade de classe, Amanda. Elle est en détresse, il l'aide, et se trouve entraîné dans une course-poursuite infernale. Lukas remarque une fille à travers l'objectif de son appareil photo. Il en tombe amoureux. Sa vie n'aura plus de sens tant qu'il ne l'aura pas retrouvée. Comme chaque après-midi, Markus rend visite à Kira, sa meilleure amie. Ces deux-là se disent tout, sauf ce qu'ils ressentent vraiment l'un pour l'autre. Un chassé-croisé à travers tout le Danemark.
Pourquoi je ne le chronique pas : Parce que c'est écrit comme un feuilleton avec de courts chapitres qui passent de l'un des multiples personnages à un autre, mais que malgré ça j'ai réussi à m'ennuyer, et je l'ai abandonné aux deux tiers.

terremerTerremer, livre 1 : Le sorcier de Terremer, d'Ursula K. Le Guin, édité chez Livre de Poche
Résumé : Ici, il y a des dragons. Il y a des enchanteurs, une mer immense et des îles. Ged, simple gardien de chèvres sur l’île de Gont, a le don. Il va devenir au terme d’une longue initiation, en traversant nombre d’épreuves redoutables, le plus grand sorcier de Terremer.
Pourquoi je ne le chronique pas :
Parce que j'ai beaucoup aimé ce conte qui prend son temps, qui pose l'ambiance en même temps qu'il nous fait entrer doucement dans son univers, mais que depuis sa parution, il a été chroniqué (souvent avec inspiration) en long, en large et en travers.


tomgatesTom Gates, c'est moi, de Liz Pichon, édité chez Seuil

Résumé :
Tom Gates est toujours en retard à l’école et n’a pas son pareil pour inventer des excuses farfelues quand il n’a pas fait ses devoirs. Ce qui arrive très souvent. Il faut dire qu’il a d’autres chats à fouetter : trouver de nouvelles façons d’embêter sa sœur Delia, lire des bandes dessinées, gribouiller dans ses cahiers, monter son groupe de musique pop...
Pourquoi je ne le chronique pas :
Parce que c'est une lecture sympathique et amusante pour les 9-12 ans, mais qui n'apporte rien d'innovant par rapport au Journal d'un dégonflé ou à L'étrange cas Origami Yoda.