precious

Sapphire

Points

          Precious, seize ans, claque la porte. Elle ne se laissera plus cogner par sa mère, ni violer et engrosser encore une fois par son père. Jamais. Virée de l'école, elle envisage une nouvelle vie, loin de Harlem et du ghetto afro-américain de son enfance. Elle veut apprendre à lire et à écrire, raconter son histoire à travers des poèmes et élever dignement son fils.

          La société humaine, terre de contrastes... Ce livre est une plongée en apnée dans la noirceur de l'humanité. L'histoire est glauque, à tel point qu'au deux tiers du roman, je commençais à trouver que ça faisait trop, à la limite du supportable ; et en même temps, je peux imaginer que les situations décrites dans les quartiers pauvres américains à l'époque où le livre a été écrit ne sont pas si éloignées de la réalité, et ça fait froid dans le dos. A plusieurs reprises, Precious se demande et imagine ce qu'aurait pu être sa vie si elle était née blonde, dans une famille gentille et aimante ; en lisant ce livre, le lecteur est obligé de se poser la question inverse et d'imaginer ce qu'il serait advenu s'il était né dans un milieu malsain, entre parents incestueux et mauvais traitements...
          Stylistiquement parlant, c'est un roman innovant, puisqu'on peut voir Precious évoluer au fil de ses cours d'alphabétisation (son orthographe, son vocabulaire, la structure de ses phrases)
          J'ai commencé mon billet en parlant de plongée en apnée, mais ce n'est pas entièrement le cas en réalité, puisque Precious aura des bouffées d'oxygène grâce à l'apprentissage de la lecture et de l'écriture, aux décisions qu'elle prendra, au soutien et à l'amitié, notions qu'elle découvrira petit à petit, à son fils enfin.
          Push a été adapté en film sous le titre Precious en 2009, et a reçu les oscars de la meilleure actrice et du meilleur scénario.