rock_love

Wendelin Van Draanen
Albin Michel

Alors qu'elle fait le ménage, Evangeline, 16 ans, découvre une pile de romans à l'eau de rose sous le lit de sa mère. Curieuse, elle en feuillette quelques-uns, et a une révélation en lisant Le baiser écarlate, qui décrit une scène de baiser passionné. C'est décidé, désormais elle se consacrera toute entière à la recherche du baiser parfait, le baiser Rouge passion.

Aussitôt fini, aussitôt oublié, ou tout comme.
Une lecture plutôt agréable, pêchue, dynamique ; mais grosso modo, le tout fortement inspiré du Journal d'une allumeuse, en moins crédible, BEAUCOUP moins drôle et BEAUCOUP moins fin.
Là où Ruby s'empêtrait dans des situations dues en grande partie à la stupidité de ses congénères lycéens, le personnage d'Evangeline embrasse tous les garçons qu'elle croise, et ça n'est même pas une façon de parler. Les premiers bisous, c'est amusant, au 28ème, ou quasi, je commençais à trouver le temps long. Ainsi qu'à louer l'incroyable ouverture d'esprit des jeunes de son lycée, qui la taquinent gentiment sur ses actes, sans plus.
Là où je riais à chaque chapitre du Journal d'une allumeuse, j'ai souri à quelques répliques d'Evangeline.
Et là où je découvrais l'analyse fine et poussée d'une adolescente avec Ruby, on me sert un cours de "La psychologie pour les Nuls", avec un joli transfert de comportement fort peu subtil, dont Evangeline prend d'ailleurs conscience toute seule comme une grande sans passer par la case "20 ans de psy", et youplaboum tout est résolu et tout le monde est content. Mouais.

Allez, pour des vacances, ça suffira, mais à la rentrée, vous me lirez plutôt le Journal d'une allumeuse, et que je ne vous y reprenne plus !