terre2

D. M. Cornish

Milan

Rosamonde est finalement arrivé à la forteresse impériale, où il commence son apprentissage de lanternier. Mais dans la région, les théroscades (embuscades et attaques de monstres) se multiplient. Alors qu'il patrouille avec des camarades pour allumer les lanternes, ils assistent à un combat entre des faucheurs (monstres de grande taille) et des calendaires, des femmes combattantes qui vouent leur vie à aider ceux qui sont en détresse. Parmi elle, une jeune encéphage, Thrénody, qui peine encore à controler son récent pouvoir (des ondes invisibles qui affectent le cerveau de ses adversaires). Thrénody, la fille d'une auguste (qui gouverne un groupe de calendaires), est venue pour devenir lanternier et ainsi s'éloigner de sa mère.

En plus du roman : comme dans le 1er volume, une centaine de pages de glossaire.
Par contre certains mots renvoient au premier tome, c'est dommage si on ne l'a plus sous la main !

Une bonne suite : même si la totalité du roman se passe dans la forteresse, il y a quand même de l'action (le roman s'ouvre sur un violent combat), et de nouveaux personnages mystérieux. Par contre, la lecture est assez difficile, il faut vraiment être concentré, parce que les termes inventés sont vraiment prégnants, et mêmes si les concepts récurrents comme les calendaires, les faucheurs, etc., restent facilement en mémoire, l'auteur parsème aussi l'histoire de vocabulaire secondaire sans explication et parfois sans contexte, ce qui empêche la fluidité de la lecture.
Un exemple pour illustrer mon propos :

"Pourquoi les racoleurs ? - Parce qu'ils sont le premier chainon du marché de l'Ombre. Ce sont eux qui fournissent des faucheurs vivants. Et les corseurs s'occupent des restes humains. Si on les arrête, les therlanes n'ont plus de matières pour travailler et n'ont plus rien à vendre aux marchands de cendres qui eux-mêmes ne peuvent plus approvisionner les massacars ou les maitres de fosses. Malgré tous nos efforts, d'autres goujons continuent de rôder."
Donc c'est difficile d'imaginer certaines scènes. Il n'empêche, le livre vaut le coup qu'on s'accroche un peu, et j'attends quand même le troisième (et dernier ?) avec impatience.