qui

John Green
Gallimard

Miles Halter s'ennuie dans sa vie actuelle : pas vraiment d'amis, encore moins de copines, bref, il a l'impression de passer à côté de son adolescence. Cette année, il a donc décidé de s'inscrire en pensionnat. Là-bas, il va découvrir l'amitié, les blagues idiotes, la première cigarette, le premier baiser, et puis Alaska, surtout Alaska, la troublante mais mystérieuse Alaska, un jour charmeuse et l'autre renfermée pour d'obscures raisons. Miles s'épanouit, profite, grandit, jusqu'au jour où se produit un événement qui va le faire mûrir encore plus...

Sur la quatrième de couverture, l'éditeur affirme : "LE roman de l'adolescence : les amitiés fortes, l'amour, la transgression, la soif de connaissance et la fondamentale quête de sens".  Et c'est totalement vrai : tout y est, avec en plus une émotion pas du tout artificielle. C'est surtout une profonde réflexion sur la vie, la mort, la question de l'acceptation, de la souffrance, des souvenirs... Un roman extrêmement riche, bouleversant. J'ai envie d'ajouter ma réponse à la question leitmotiv du roman "Comment allons-nous sortir de ce labyrinthe de souffrance ?" : en lisant, en continuant à lire des textes magnifiques comme celui-là.